République Tchèque – Audit OAV Évaluation de la mise en œuvre des mesures prises pour la production de viande de volaille

Un audit OAV a été effectué en République tchèque, du 11 au 21 juin 2019, afin d’évaluer la mise en œuvre et l’efficacité des mesures prises par l’autorité compétente en réponse aux recommandations formulées à l’issue des précédents audits portant sur la production de viande de volaille et des produits qui en sont dérivés.

Le rapport conclut que le système tchèque de contrôles officiels de la viande de volaille et des produits à base de viande de volaille a été amélioré depuis le dernier audit, notamment en matière de performance et d’efficacité, et que les mesures correctives prises par l’autorité compétente ont permis de répondre, de manière effective, à 4 des 6 recommandations de l’audit de 2010. Néanmoins, les lacunes constatées pendant l’audit montrent que certains cas de non- conformité ne sont pas décelés/enregistrés lors des contrôles officiels et que, par conséquent, aucune mesure d’exécution n’est prise pour les corriger. En outre, et comme l’a révélé l’audit précédent, la pratique consistant à laver les carcasses de volailles après l’éviscération et avant l’inspection post mortem constitue toujours un cas de non-conformité qui n’est pas décelé, ou en tout état de cause pas corrigé, par aucun niveau de l’autorité compétente au cours des contrôles qu’elle effectue.

Étant donné que la contamination est éliminée par lavage avant que les volailles ne fassent l’objet d’une inspection post mortem, cette pratique ne permet pas aux agents chargés des contrôles de prendre des décisions adaptées en ce qui concerne la viande et, en outre, ne leur permet pas d’enjoindre aux opérateurs d’adapter leur production afin de réduire au minimum la contamination de la chaîne de production et de la viande, comme l’exige la législation de l’UE.

Par conséquent, ni l’autorité compétente, ni les opérateurs n’ont apporté de réponse effective à la recommandation portant sur ce point formulée dans le précédent rapport d’audit (recommandation nº 5). Ce point revêt une importance particulière, l’équipe d’audit ayant constaté une hausse de la production sans augmentation des capacités des abattoirs, ce qui a une incidence négative sur l’hygiène de production et, de la même manière, sur le maintien de la chaîne du froid pour la viande fraîche. L’hygiène de production et la contamination des carcasses constituaient déjà des problèmes mis en évidence lors de l’audit de 2010 et le sont encore davantage vu la volonté actuelle d’augmenter la production dans les établissements.

 Rapport d’audit